. .

 | 
 

 La CONCERTATION abdel illah MOUHARRIR\

   



avatar

: 1305
: 24027
: 17/05/2007

: La CONCERTATION abdel illah MOUHARRIR    07, 2011 3:37 pm


La CONCERTATION
ENTRE LA DOSE DES LIBERTES ET LA LIBERTE DES DOSES



La dose ; cest la quantit, la proportion, le degr, la limite, elle doit tre situe entre un minimum et un maximum, ce qui constitue une marge de tolrance.


La dose ; cest le lien ternel entre lhomme et la matire, elle est variable et relative, selon la conception momentane aussi bien de la matire, que de lobjet vers lequel elle est destine, en fonction du temps et du lieu.

La dose ; cest le produit de la raison, de sagesse, de vigilance, dintelligence, de mesure, de prcision, danalyse, de cration, de patience elle est aussi la base du respect, de beaut, de tranquillit, du charme, de galanterie, de politesse, elle constitue tout simplement, le strict minimum de connaissances et de savoir faire susceptibles de valoriser la civilit du citoyen.

L
a dose ; cest prcisment, ce quil faut et surtout, pas plus, linsuffisance est rparable, pouvant tre compenses au dpens de la dure, leffet ou lutilit, mais lexcs est sans doute, prjudiciable.

Mais la surdose alors! Cest le poison, la laideur, la lourdeur, le scandale, la sottise, lanarchie, labus de pouvoir, lexcs de vitesse, le tapage, la provocation, la violation, le baltagisme, le tchemkerisme, le charlatanisme politique la surdose est en fin de compte, la source de tout malheur.

Un ballon peut contenir des milliers de doses dair diffrentes, chacune delles en donne une dimension influant sur tout son environnement gravitationnel. Mais il faut prvoir la dose maximale relative la capacit ou un atome de plus entrane lclatement, consquences irrparables, c'est--dire passer ltat de linexistence de ballon. Autrement dit, passer a ltat de non possession du ballon.

Effectivement , la surdose constitue , pour les uns , un acte de gnrosit, de bont et defficacit , ce qui agresse et gche gratuitement, la tranquillit et le bien tre des autres , car le surplus ne peut tre contenu que dans la marge du prochain, en empitant sur le champs des liberts dautrui , or pour certains il sagit de lagressif qui se range dans le mcanisme de la compensation devant la fuite ordonne par une certaine peur, laquelle peur rsulte du manque de confiance en soi, du fait de dfaut de culture et dinstruments ncessaires pour valser avec la modernit, mais en gnral, cette incompatibilit entre le comportement et le discours suscite, entre autres, le sentiment du rejet d linadaptation , et compens par une audace outrance menant vers ltat desprit rebelle , qui conduit son tour lexpression agressive. Il sagit l dun comportement normal chez un individu consquence, quun citoyen rsultat.


En tout tat de cause , la socit civile moderne constitue un ensemble de doses respecter , notamment, en matire des liberts , ces doses sont prescrites par la loi qui est le reflet dune morale collective y relativement volutive , et pour tre un moyen de concertation facilitant et harmonisant la cohabitation , cette loi, comme reconnu universellement, doit tre conue et consentie le plus largement possible , en tant la mme pour tous , soit quelle protge soit quelle punisse et ne reconnaissant aucun privilge autre que ceux n de la capacit, de la vertu ou du talent, elle doit traduire par consquent , un consensus un moment dtermin , la prise de conscience dune ingalit en amne sa modification.

Condamn vivre en socit civile, sa dose dautonomie est fixes , comme nous lavons vu , par la loi , mais pratiquement elle est matrialise par les donnes des circonstances momentanes , le citoyen est cens cet effet , maitriser et grer soigneusement ses vouloirs et ses volonts, tout en rservant une marge de flexibilit voire dentrelacement des libert autour du point de rencontre , il nest surtout, pas ncessaire duser du maximum acquis des liberts tant quon en a pas vraiment besoin, le cas chant , il et judicieux dexploiter , au fur et mesure , linstant ou celles du prochain seraient rtrcies. KANT avait qualifi la libert de vouloir entre parois, duquel on peut voluer, et que ces parois sont immobiles, variant en fonction du temps et du lieu, seule la personne est digne du respect.

Certes, la socit civile moderne exige plus de souplesse, plus de flexibilit, plus dattention, plus de savoir faire, c'est--dire que le citoyen est appel tre artiste social pour convenir la concertation. Cette expression-notion, dont les traductions synonymiques ne refltent pas sa conception philosophique, sinspire du concert, de la mise en harmonie de plusieurs instruments diffrents chacun a ses particularits, ses sons, sa forme, sa valeur, son degr dutilit, et sa dose de participation et bien entendu, devant un maestro qui ne tolre pas les fausses-note.

Cest a le contexte dans le cadre duquel la concertation symbolise la cohabitation harmonieuse au sein dune Socit, pour que lobligation ne soit pas ressentie comme un effort et linterdit ne soit pas conu comme oppression, mais le rle de tout un chacun est proportionnellement indispensable, c'est--dire, la considration de la personne comme telle, dans la mesure o cette dernire se mesure comme telle. Daprs Bergson : lhomme trouve son quilibre en mme temps que sa limitation, la socit doit donc, donner ses citoyens la possibilit datteindre cet quilibre.

A lgard de tout ce qui prcde, nous dduisons que le dosage des Liberts ne peut se faire que sur la base de lEgalit, et bien entendu, par le moyen de la Justice, pour conclure que la coexistence dans la pratique de ces trois notions implique la conception de la socit civile moderne. Les thmes relatifs ces notions doivent donc, faire lobjet de dbats nationaux permanents, constituant la symphonie perptuelle qui accompagne et instrumente le processus de lvolution de la socit civile moderne.

Pour conclure, on ne peut parler de la Socit civile moderne, sans un citoyen libre et qui tient compte du mme droit du prochain, ayant aussi bien, le droit et le pouvoir dtre gal, que le devoir et la volont de se comporter gal. La Justice en est le cadre, linstrument et la rfrence, mais quelle justice ? En simples termes, une justice gale a elle-mme et libre en jurisprudence. Seule la dose en constitue lessence de la coexistence de ces trois notions.

mouharrir@hotmail.com



    
 
La CONCERTATION abdel illah MOUHARRIR\
    
1 1
 
-
» 

:
 :: -